Le château de Vaussieux

Le château de Vaussieux est situé à moins de 10 minutes de la ville de Bayeux dans la commune de Vaux-sur-Seulles dans le département du Calvados, en région Normandie.

Riche en histoires, le château de Vaussieux a beaucoup à nous apprendre sur la fin du XVIIIème siècle et des activités importantes dans l’ensemble du Bessin Normand. Deux anciennes places fortes existaient avant sa construction, des fouilles archéologiques semble confirmer cela.

Plusieurs propriétaires, avec des activités bien différentes l’occupèrent depuis sa construction en l’année 1771 par le marquis de Héricy; en passant de colonie de vacances pour enfants, harem pour un sultan, lieu de tournage d’un clip musical de rock, etc…

Le propriétaire du domaine qui décéda en 1995, fit construire son mausolée à l’arrière du Château. Suite à sa mort, son testament légua la demeure à « l’association du Château de Vaussieux« , qui respecta les 10 ans de deuil du domaine.
Par la suite, elle permit avec l’association Un Nouveau Monde la réalisation de la première édition du Camp de Vaussieux en 2018.
Par manque de financement et ne pouvant l’entretenir correctement, l’association du château fit don du domaine à une association culturelle israélite en 2019, comme le testament de son prédécesseur le stipulait. Par la suite, elle fut vendue à un jeune couple en 2021.

Désormais, les propriétaires actuels souhaitent accompagner la passation de la riche histoire de ce lieu et d’assurer son avenir.
Des travaux d’aménagement et de rénovation sont en cours, dont particulièrement la préservation de son ancien moulin (à gauche de la photo ci-dessous).

Le château de Vaussieux (au centre) et son ancien moulin (à gauche). [2022]

Son importance militaire française

En août 1778 , Louis XVI rassemble en Normandie une armée de 30 000 soldats, ce qui représentait à l’époque toute la population de Caen et Bayeux réunie.

Placée sous les ordres du Maréchal de Broglie, l’infanterie, les cavaliers et les artilleurs s’installent sur la rive droite de la Seulles, plus particulièrement sur les territoires de Vaux, Vaussieux, Esquay, Brécy, Saint Gabriel, etc… soit sur une distance d’environ 4,5 kilomètres.

Le Château de Vaussieux, mis à disposition par son propriétaire le marquis d’Héricy, devient alors le quartier général du camp d’où le nom le « Camp de Vaussieux ».

Séparés en deux armées adverses, l’une commandée par le maréchal de Broglie et l’autre par le comte de Rochambeau et le baron Luckner, les soldats manœuvraient pour comparer deux tactiques de combat en vogue à cette époque en Europe : l’ordre mince et l’ordre profond.
Plus de 70 entrainements se poursuivirent durant 1 à 2 mois selon l’arrivé et le départ des hommes.

Photo prise lors de l'événement de reconstitution du Camp de Vaussieux [2019]

Cependant, le véritable objectif militaire de se rassemblement est tout autre et se déroule sur fond de la guerre d’Indépendance des Etats-Unis.

Depuis plus de deux ans, les troupes de Georges Washington se battent pour leur liberté contre l’armée anglaise. Elles essuient de nombreux revers surtout dû au manque de formation de ses hommes.

Pour leur venir en aide dans le conflit, Louis XVI ordonne ce rassemblement. Le roi veut faire craindre aux Anglais un possible débarquement sur leurs côtes. La stratégie vise à maintenir une grande partie l’armée anglaise loin du théâtre des opérations du Nouveau Monde. Cette diversion est destinée à diminuer la « pression militaire » sur l’armée de Washington.

De plus, la France doit s’engager militairement, ayant déjà déclaré la guerre à l’Angleterre en mars 1778. Plusieurs régiments présents à Vaussieux partiront pour l’Amérique avec le Comte de Rochambeau en 1780 et contribueront à la victoire de Yorktown qui permettra aux Etats-Unis d’accéder à l’Indépendance.   

Photo prise lors de l'événement de reconstitution du Camp de Vaussieux [Becot, 2018]

La guerre d'indépendance des États-Unis

L’empire colonial d’Angleterre, suite à la guerre des 7 ans, a augmenté leurs taxes et leurs impôts au fil des années avec diverses réformes fiscales depuis 1763. Cela entachant de plus en plus les relations avec les colons du nouveau monde, en Amérique du Nord.

Les tensions et les accidents diplomatiques se faisant de plus en plus importants, la colère montant parmi une grande partie de la population face aux refus du Roi d’Angleterre George III de prendre en compte la parole des colonies. Cela se transforma en guerre ouverte entre les indépendantistes et les royalistes.

Ce fut le 4 juillet 1776 que les treize colonies d’Amérique du Nord entrèrent officiellement en rébellion contre la Grande-Bretagne afin d’obtenir leur souveraineté et que la Déclaration d’Indépendance fut ratifiée.

Carte des treizes colonies, 1775. [Licence creative commons]
photo_2022-05-21_09-00-39 - Copie
Milicien insurgé (indépendantiste) en tenue. La milice était constituée de la population civile qui s'était engagé afin de compléter l'armée continentale des 13 colonies.

Menés par le général George Washington, les débuts furent très difficiles pour les indépendantistes qui perdirent beaucoup de batailles. Mais leurs volontés permirent de renverser la situation grâce à la bataille de Trenton en 1776 puis celle de Saratoga en 1777. Cela mit à mal l’armée britannique combattant loin de chez elle et qui dût faire face à de nouvelles pressions venant de l’Europe.

La France, sous le règne de Roi Louis XVI, s’engage dans le conflit souhaitant prendre sa revanche suite à la guerre de 7 ans et encouragée par l’implication du marquis La Fayette envers les patriotes américains.

La bataille de Yortown en 1781 fut la grande bataille de ce conflit et de la défaite de l’armée britannique. Le général Cornwallis se replia en Virginie pensant pouvoir recevoir des renforts, mais il se fit encercler par l’armée américaine et le soutien de l’armée française. Le blocus par les terres et la mer, ainsi que les tirs d’artilleries incessants obligèrent la reddition des royalistes.

Cela mena au traité de Paris en 1783 qui reconnut l’indépendance des États-Unis par la Grande-Bretagne.

Reddition du Britannique Cornwallis après la bataille de Yorktown, 1781.

Maintenant que vous connaissez les bases de cet événement historique et méconnu, venez en apprendre plus et LE VIVRE à travers nos divers événement  : Voyage vers un été au XVIIIe siècle.

Découvrez aussi :